lundi 12 février 2018

Petit manège

« Mais quest-ce que… »

En arrivant ce matin dans son antre, Julie se demandait justement ce qui allait encore la surprendre.
Chaque lundi matin, il y avait une nouvelle « surprise ».
Bonne ou mauvaise, cela dépendait sans doute de lhumour douteux de celui ou celle qui lui laissait ces « cadeaux ».
Elle s’était lassée, il faut bien lavouer.
Au début, cela la surprenait, c’était amusant, elle arrivait le lundi en cherchant où était la nouveauté.
Avait-on déplacé des livres ? Ou déposé quelque chose sur son bureau ? Ou mis une décoration rigolote ?
Et puis les surprises étaient devenues plus discrètes (ou plus difficiles à trouver).
Les livres étaient mélangés, une étagère entière retournée, ou des livres manquaient.
Là, ça lavait beaucoup moins amusé.
Elle passait plusieurs minutes à trouver ce quil fallait quelle remette en place et c’était devenu pénible.
Et puis on avait viré dans le franchement désagréable.
Les déjections de souris et autre détritus artistiquement disposés sur une table, franchement, ça lavait vraiment énervé.

Elle avait mené son enquête, cherché qui avait accès au CDI, qui avait demandé les clés, mais elle navait pas trouvé.
Et depuis plusieurs mois que ce petit manège durait, personne ne s’était manifesté.
Pourquoi faire tout cela si ce n’était pour la surprendre, la séduire, la dégoûter, ou au moins profiter de leffet de tout cela ?
Certains lundi matin, elle avait guetté qui était dans le couloir quand elle arrivait, si quelquun pouvait la voir par la fenêtre et profiter de ce petit manège, mais elle ne voyait rien.

Bizarrement, cest cette pile de romans sur son bureau ce matin qui lui parut le summum de ce quelle pouvait supporter.
Cette fois-ci, elle nen pouvait plus !
Elle navait jamais vu ces livres, doù sortaient-ils ?
Et puis le choix du titre était signifiant !
Cela lui parut une attaque directe à ses compétences professionnelles.
Elle sentait une bouffée de colère monter sans pouvoir la réprimer.
Quand elle entendit la porte souvrir, elle se retourna et hurla après sa collègue qui venait dentrer.
Ça y est !! Elle allait enfin savoir qui la harcelait depuis tout ce temps !

Quelques heures plus tard, alors que Julie avait été emmenée par les pompiers, sa collègue en pleurs répétait dans la salle des profs quelle ne comprenait pas, quelle avait juste déposé une pile de romans quelle avait trouvé dans larmoire de sa salle de cours.

Julie ne revint pas, et on se demande encore pourquoi, chaque année, les profs doc ne restent que quelques mois



Un petit clin d'oeil à mes copines profs docs (qui, je l'espère, ne subissent pas cela évidemment 🙈) et à ce métier que j'aurais pu faire pour ce texte du lundi (j'ai même eu mon capes 😁).
J'ai tenté le registre un peu amusant, mais le texte file comme il l'entend quand je l'écris. 


D'autres textes chez Leiloona... 





14 commentaires:

  1. Ah j'ai beaucoup aimé Estelle !! ;) Il y a une tension sous-jacente, et tu écris très bien, bravo ! Moi aussi j'ai essayé le Capes Doc, il y a plus de vingt ans.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Je crois que le mien remonte à 7 ans ;^) mais le métier et le capes ont beaucoup changé. Pas mécontente d'être allé un peu plus loin.

      Effacer
  2. Oh véritable harcèlement ou personne en détresse, la fin est ouverte ... Même si la phrase finale montre que la première option est assez plausible ... Fourbe est la collègue en pleurs alors. Hum ...

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. C'est une piste à laquelle je n'avais pas pensé pour la collègue ;^)

      Effacer
  3. Le suspens est à son comble ! L'idée est originale et on se demande tout au long de la lecture qui joue avec ses nerfs. Le mystère des profs doc reste entier !

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Un jour, le fourbe se démasquera peut-être ;^)

      Effacer
  4. Pauvre Julie, il faut dire qu'il y a des gens qui ont de drôles de jeux...

    RépondreEffacer
  5. J'avais compris l'allusion à l'auteur quand j'ai vu les déjections !
    De toute manière, tous les profs sont fous, soit au départ, soit ils le deviennent...:D

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Alors pour être honnête, je sais que je n'ai rien inventé, je sais qu'il y a dans ma mémoire un texte qui est proche, mais je ne sais pas lequel. Tu pourrais me dire ?
      (pour la folie des profs, c'est clair X^D)

      Effacer
  6. Travailler ne devrait pas être une douleur... une réflexion que je me fais fréquemment (sans pour autant nécessiter de me faire emmener par les secours !)
    Ton texte m'a fait frémir. Le quotidien des profs n'est décidément pas une mince affaire non plus. Je m'en rends compte avec mon homme et ses bilans journaliers au collège.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Tu as tellement raison ! Malheureusement, on sait qu'il faut parfois supporter des périodes difficiles. Et chez les profs, il y en a plein, c'est clair !

      Effacer

J'adore lire vos commentaires, alors n'hésitez pas à laisser un mot (les commentaires sont modérés pour vous éviter les trucs idiots que Blogger vous demande pour valider mais ils sont tous publiés ;^) )

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...